Comme vous avez pu le voir dans le blog-it, Bretzel se porte à merveille. Tant d'attente, de questions et en 30 minutes, tous nos doutes se sont envolés...jusqu'à la prochaine fois sans doute !
Nous avons donc rallié la mater' ce matin (le CMCO pour celles et ceux qui connaissent), tourné pour nous garer puis enfin gravi les étages vers le service d'échographie. Remise de carte vitale contre petit dossier à remplir, je m'installe stylo en main, Mutine vérifie mes réponses (ma vessie pleine - pour rien - m'empêche de me concentrer correctement !), je raye "le futur papa" que je transforme en "deuxième maman" et remet ma copie à la secrétaire. Quelques minutes en salle d'attente et la sage-femme vient nous chercher.

 

Elle nous explique d'emblée comment va se passer l'écho : elle va prendre toute une série de mesures puis nous expliquera à la fin. Elle commence toutefois par vérifier que le coeur bat bien, c'est sans doute un détail pour elle, mais pour nous ça veut dire beaucoup. Deux secondes de "flouch-flouch" et elle coupe le son pour passer aux choses sérieuses. Dès qu'elle a posé la sonde, elle nous a dit qu'elle allait avoir du mal à capter la nuque de Bretzel, parce qu'il n'est pas installé de façon favorable pour elle. Ah, c'est gênant ça, on est en partie là pour ça quand même, pour lui mesurer la nuque, combiner cette taille aux résultats de ma prise de sang faite il y a 10 jours et en tirer un risque de trisomie 21 après de savants calculs. Qu'à cela ne tienne, elle a dû en voir d'autres, elle se lance.

 

Mutine m'a attrapé la main, je serre la sienne pendant tout l'examen. Un écran fixé en face du lit me permet d'être enfin bien située (chez supergygy, l'écran est à la hauteur de mon oreille, autant dire que soit je ne vois rien, soit je sors avec un torticolis...), du coup, cette fois, c'est Mutine, depuis sa chaise qui a la tête en l'air comme si elle était assise au 1er rang au cinéma. On devine très bien les formes de Bretzel, qui ne ressemble plus à un gros nounours mais bel et bien à un vrai bébé désormais. La sonde passe sur son estomac, on voit apparaître ses pieds, ses mains, tiens, il se gratte la tête et vas-y que je me retourne pour qu'on ne voie plus rien. Ce qui nous a le plus étonnées, c'est de distinguer si nettement ses os. En fonction des positions, on ne voyait que ça, on aurait dit Squelletor en personne, c'est assez effrayant. Bretzel se fait mesurer sous toutes les coutures, 10 cm sous la toise de la tête au bout de ses orteils, il est pile là il doit être. L'écho se termine, je me rhabille et on passe au bureau où la sage-femme rapatrie les images prises au fil de l'exploration, entre toutes les données et nous livre finalement l'estimation du risque pour la T21 : 1/10 000, très faible donc, même si elle ne peut évidemment pas l'exclure. On discute 5 minutes sur les lieux possibles d'accouchement ; sur le dossier, on a indiqué "non déterminé" dans cette case, on n'est pas encore décidées, on hésite entre les deux hôpitaux publics de Strasbourg et sa banlieue. Si certaines d'entre-vous ont des tuyaux à nous passer, on est preneuses ;-)

 

Nous avons attendu longtemps cette écho, par crainte d'une mauvaise nouvelle, juste par impatience aussi, de revoir à nouveau notre Bretzel. Finalement, l'émotion n'était pas la même que les échos qui ont lieu au cabinet de supergygy. Peut-être parce que la pièce était plus grande, moins "intime" que d'habitude ? Parce que l'échographe n'était pas la même ? Parce qu'elle a procédé différemment, examen d'abord puis commentaire ensuite ? Nous ne sommes pas déçues, loin de nous cette idée, nous sommes sorties soulagées et heureuses d'avoir revu notre petit. Prochain rendez-vous officiel début septembre, peut-être ailleurs si notre choix de mater' se confirme (on a quand même une idée) mais dans tous les cas, l'aventure continue et nos coeurs se font plus légers.

 

Cactus